Bifurcations

Comprendre les parcours biographiques d’entrée dans la vie adulte en termes de ruptures plutôt qu’en termes de continuité : l’analyse et la mesure des bifurcations dans les parcours de vie.
Les sciences sociales travaillent depuis longtemps l’articulation entre continuité et changement mais recherchent plutôt les antériorités et les linéarités qui permettent de retracer les mécanismes de causalité. Ce faisant, elles favorisent les logiques de continuité en sous-estimant la part de l’imprévisible, de la contingence et de la bifurcation dans les parcours biographiques des individus.
Nos recherches visent à renouveler l’approche des parcours d’entrée dans la vie professionnelle en les considérant sous l’angle des bifurcations plutôt que sous celui des continuités. Elles partent de l”hypothèse que la bifurcation biographique -en tant que changement imprévisible qui transforme durablement le parcours individuel dans son orientation et son horizon- est un analyseur pertinent pour comprendre comment s’opère le passage à la vie adulte et professionnelle. La bifurcation constitue en effet un moment–clé qui cristallise la manière dont sont mobilisés par l’individu les ressources, héritages, contraintes et expériences par rapport auxquels ils se situent et déploient leur avenir.

Il s’agit de comprendre les logiques des décisions individuelles dans des moments-clés des parcours, par l’identification des combinaisons de facteurs pertinents, sur diverses échelles biographiques et macrosociales à partir d’enquêtes qualitatives similaires menées dans trois pays; de rechercher en parallèle les caractéristiques de ces bifurcations, de leurs composants clés et de leurs séquences-types dans l’analyse d’enquêtes statistiques; de mettre en perspective les déterminants sociétaux, institutionnels et normatifs de ces parcours et de ces bifurcations par la comparaison internationale.

L’analyse menée en particulier dans le projet ANR Bipaje (ANR-09-BLAN-0301) confronte trois sociétés différentes (France, Québec, Argentine) afin de comparer les combinatoires de facteurs qui composent les bifurcations observées et d’examiner en quoi les espaces sociétaux induisent des degrés divers d’imprévisibilité et d’irréversibilité dans les parcours. La France, le Québec et l’Argentine se distinguent tout particulièrement par leurs logiques de transition entre le système scolaire et le marché de l’emploi, ainsi que par les politiques publiques encadrant ces transitions. La place démographique des jeunes y est aussi très contrastée. Ces modalités ont un impact sur les flux et les mobilités, mais aussi sur les rapports des jeunes au travail et sur leurs processus de cheminement.

L’originalité de la démarche repose sur l’articulation de plusieurs dimensions : 1) L’utilisation d’enquêtes longitudinales par panels 2) La combinaison de données qualitatives et quantitatives 3) La comparaison internationale entre la France, le Québec et l’Argentine.
La mise en oeuvre de ces dimensions rend possible l’identification de facteurs pertinents et de leur combinatoire, permettra de les explorer à grande échelle pour en dégager des régularités et de les confronter aux particularités sociétales et institutionnelles des sociétés comparées, tout en proposant de nouveaux outils méthodologiques et conceptuels pour interroger des changements dont la nature reste trop souvent méconnue.


1 réflexion sur « Bifurcations »

  1. Anonyme

    Ceci est un exemple d’un commentaire dans WordPress. Vous pouvez le modifier pour mettre ici des informations vous concernant ou concernant votre site afin que vos lecteurs en sachent un peu plus sur vous. Vous pouvez créer autant de commentaires que vous voulez, et gérer l’intégralité de votre contenu dans WordPress.

Les commentaires sont fermés.